Journal intime de Bérénice

Publié le par lefrancaispourlesniais

Cher journal,

Ce matin j'étais la femme la plus heureuse et maintenant je suis la plus malheureuse. Comment est-ce possible ? Je n'arrive pas y croire, j'ai l'impression d'être enfermée dans un cauchemar duquel je n'arriverai jamais à sortir.

Ce matin même je pensais que bientôt j'allais célébrer mon heureux hymen. Et maintenant, je vais quitter Rome pour fuir l'homme que j'aime, pour ne plus jamais le revoir.

Comment a-t-il pu préférer la gloire à moi, l'appel de l'honneur est pour lui tellement irrésistible ? Je croyais à chacune de ses belles paroles même s'il dit encore m'aimer. Mais sans lui ma vie n'a plus de sens, me laisser mourir aurait été tellement facile comparé à la douleur que je ressens. Notre hymen incompatible avec l'empire : moi, une reine étrangère bafouant ainsi les lois romaines. Pourtant je suis convertie à ses valeurs romaines qui me sont si chères.

Mon amour si grand m'a rendue aveugle, je ne me suis pas aperçue que Antiochus m'aime avant qu'il m'avoue ses sentiments. Je pensais que Antiochus était un ami fidèle et sincère alors que c'était le rival de Titus. Et Titus qui a fait de lui son intermédiaire entre nous deux et c'est à Antiochus qu'est revenu le rôle de m'annoncer ce si grand malheur.

Titus fait preuve d'un si grand courage il préfère renoncer à l'amour et assumer ses devoirs et se confronter au loi impitoyable de Rome. Mais moi je suis contrainte de renoncer à la passion amoureuse que j'ai pour lui, pour laisser place à la gloire. Ma vie ne sera plus qu'un long bannissement triste et douloureux.

 

 

HENAFF Pauline

Publié dans Bérénice de Racine

Commenter cet article